Art & Culture

JE NE SUIS PAS NOIR !

Je ne suis pas Noir, je suis Khadhor’. Le jour où les prétendus Noirs cesseront de se prendre pour des Noirs, l’humanité aura fait un pas de plus vers la vérité. Je ne suis pas Noir. Je ne le suis ni du point de vue chromatique, ni d’aucun autre point de vue. Là-bas, sur les hauteurs verdoyantes de Guékouzaliè, dans le Bois Djiboua, mes ancêtres ne se considéraient pas comme des «Noirs». Ils se savaient juste des hommes. D’ailleurs, quand ils virent débouler des étrangers venus par bateau, ils les surent différents, certes, mais ne les désignèrent guère, par leur couleur. Ils les appelèrent « Troukpia » (Les-grands-minces, les échalas).

Ils ignoraient que ces nouveaux arrivants étaient juste amaigris par de longs mois de diète imposé par une traversée souvent périlleuse. Les nouveaux arrivants les appelèrent les «Noirs» et se désignèrent eux-mêmes comme les «Blancs». On peut se demander comment les «Troukpia» eux-mêmes se désignaient avant la rencontre avec ceux qu’ils appelèrent les «Noirs». Avant d’avoir rencontré les autres peuples, il est presque sûr que les «Blancs» ne se considéraient pas comme Blanc. Ils se savaient juste Hommes, comme se le savaient mes parents sur les hauteurs verdoyantes de Guékouzaliè.

Puis survint la chute originelle : la langue de l’autre et ses pièges idéologiques. Le jour où les Hommes commencèrent à se prendre pour des «Blancs», ils cessèrent d’être des hommes, devenant ainsi les pions d’un jeu de dupes où l’échec humanitaire est l’issue la plus évidente. Le jour où les Hommes acceptèrent d’être «Noirs», ils cessèrent d’être des hommes, devenant ainsi la poche d’immoralité d’une humanité en mal de bouc-émissaire.

Mais les couleurs ont la peau dure. Et il nous faut sortir de la nasse de leur charge idéologique. S’il faut à tout prix avoir une couleur, porter vaille que vaille les couleurs et les douleurs d’une équipe, je sortirais bien volontiers le «Noir» et le «Blanc» de la chaîne de la compétition. Leur charge idéologique fausse depuis trop longtemps le jeu de la minimale cordialité nécessaire à tout échange civilisé. Il ne sert à rien de cesser d’être Nègre quand on demeure Noir. «Nègre » est censé être une injure, «Noir» pas. Cela relève de la rigolade. Tout se passe comme si on pouvait biffer toute la charge négative, par un strict changement de niveau de langue. Rigolade.

Moi, je suis Khadhor’. Khadhor’ à l’image de ceux qui surent sortir de l’enclos de la servitude. Khadhor’, en hommage à ceux qui eurent la force de dire non aux barbelés et à l’ignominie. Khadhor’ comme ceux des miens qui comprirent très tôt que le Noir – comme sa variante le Blanc – avaient cessé, depuis longtemps, d’être des couleurs. Khadhor’ comme ceux qui surent que le Blanc et le Noir n’étaient depuis des lustres que des blasons de la vieille querelle normative engagée entre une certaine idée du Bien et une idée certaine du Mal.

Je ne suis pas Noir, je suis Khadhor’. Le jour où les prétendus Noirs cesseront de se prendre pour des Noirs, l’humanité aura fait un pas de plus vers la vérité. Je ne suis pas Noir. Je ne le suis ni du point de vue chromatique, ni d’aucun autre point de vue.

Là-bas, sur les hauteurs verdoyantes de Guékouzaliè, dans le Bois Djiboua, mes ancêtres ne se considéraient pas comme des «Noirs». Ils se savaient juste des hommes. D’ailleurs, quand ils virent débouler des étrangers venus par bateau, ils les surent différents, certes, mais ne les désignèrent guère, par leur couleur. Ils les appelèrent « Troukpia » (Les-grands-minces, les échalas).

Ils ignoraient que ces nouveaux arrivants étaient juste amaigris par de longs mois de diète imposé par une traversée souvent périlleuse. Les nouveaux arrivants les appelèrent les «Noirs» et se désignèrent eux-mêmes comme les «Blancs». On peut se demander comment les «Troukpia» eux-mêmes se désignaient avant la rencontre avec ceux qu’ils appelèrent les «Noirs». Avant d’avoir rencontré les autres peuples, il est presque sûr que les «Blancs» ne se considéraient pas comme Blanc. Ils se savaient juste Hommes, comme se le savaient mes parents sur les hauteurs verdoyantes de Guékouzaliè.

GOKBLEU LEGOU
Hénalogue des langues incarnées,
Conférencier international.

N.B : Le mot Marron dans le texte original a été remplacé par Khadhor’, mot créé en 1997 par GNADOU Dano Zady, Président du Mouvement Khadhor’ dont voici le site officiel KHADHOR’.

En atteste ces liens :

PROFESSION DE FOI KHADHOR’!

INJURIEUX ET RACISTE!

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top