Art & Culture

Le premier contact attesté entre européens et africains du Lôkkoda (futur Côte d’Ivoire) date de 1469.

LE-TRANSAFRIKHA#d_ou_viennent_les_Krou
En effet après Arguim, les portugais atteindront les côtes du Lôkhada (futur Côte d’Ivoire) quelques années plus tard. C’est en 1469 que le portugais Soeiro da Costa arrive à l’embouchure du fleuve qui sera rebaptisé par eux du nom de Sassandra.

A l’arrivée des premiers européens au XVème siècle (les portugais), le peuple krou était déjà en place entre le cap de Palmes et Lahou sur la Côte de Guinée.

Lôkhoda, tel est le nom par lequel ce peuple désignait leur pays. Ce qui se traduit littéralement par lô = les éléphants, ko = sont et Da = là. C’est-à-dire « Les éléphants sont là » ou « le pays des éléphants ». C’est ce nom Lôkhada qu’on retrouve déformé dans le nom Lakota, nom porté par une des villes actuelles située au nord de Lahou.
Le nom Lôkhoda est à l’origine de la dénomination de la colonie française créée en 1893. En effet c’est la traduction déformée du nom indigène Lôkhoda qui donnera les noms de Côte des Dents puis de Côte d’Ivoire.
#Lôkhoda est le nom par lequel les indigènes krou désignaient leur pays.

Au XVIème siècle, les portugais divisaient la côte de l’actuelle république de Côte d’Ivoire actuelle en deux parties :
la « Costa de malagens » à l’ouest du Bandama et la « Costa de bone gens », entre le Cap Lahou et Cap Appolinia. Ces dénomination rendent comptent au passage de l’état d’esprit des européens qui considéraient leurs hôtes …
A la veille de la signature des traités de Bassam et d’Assinie en 1842 et 1843, deux grandes nations se partageaient les territoires côtiers de l’ouest à l’est, du Cap Las Palmas au Cap Appolonia ; les kru et les Akan (lagunaires et agni sanwi)). L’arrière pays était composé de trois grandes nations ; les Mandé, les Gur et les Akan du continent (baoulé, agni de l’Est).

32 – 1 – Les pays du Lôkhoda

Le Lôkhoda proprement dit s’étend du Cavally au Bandama. La partie côtière est appelée « côte des males gens » par les voyageurs européens. Elle se compose des Etats et confédérations suivants :

Les fédérations de cités indépendantes du pays #Grébo appelées par les anglais kroumen qui s’étendent du Cavally à San –Pédro.

La fédération #Srigbe (Bakwé). Elle s’étend de San-Pédro au Sassandra avec une pointe nord à Soubré. Elle est composée de plusieurs Gribé qui sont des sociétés politiques patrilignage.

La confédération #Néyo située dans le bas – Sassandra. Les habitants de ces cités sont des courtiers réputés entre les traitants Européens dont les navires mouillent aux larges de Sassandra, les Magwé et les wè qui habitent l’arrière pays que les Néyo atteignaient en remontant le fleuve Sassandra. L’ivoire et les captifs étaient recherchés contre le sel marin, les tissus, les objets de cuivre, les fusils et la poudre. Ils firent de San-Andréa (Sassandra) une place de la traite négrière.

Les fédérations #Magwé composées de deux fédérations ; Godiè et Dida situés entre le Sassandra et le fleuve Ibo (Bandama). Au nord à l’intérieur du continent on trouve une autre importante fédération magwé ; les bété…”
http://www.dyabukam.com/index.php/fr/savoir/histoire/item/183-aux-origines-de-la-domination-francaise-en-cote-d-ivoire-les-traites-de-protectorat

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top