Actualité

Un étudiant de 17 ans pointe une grossière erreur de la Nasa

Un étudiant de 17 ans pointe une grossière erreur de la Nasa

L’agence spatiale américaine s’est empressée de le remercier.

Miles Soloman doit vraisemblablement rendre jaloux tous ses potes de Sheffield. À 17 ans, le jeune Anglais a effectivement réussi à identifier une erreur d’un process statistique de la Nasa en rapport avec la station spatiale internationale. La presse britannique, BBC en tête, s’est jetée sur l’affaire.

Le projet TimPix, lancé par l’Institut pour la recherche à l’école, permet aux étudiants anglais de travailler sur les données de la station spatiale. Alors qu’il était en classe, Miles Soloman a observé les relevés des niveaux de radiation enregistrés, puis il a soudainement relevé une erreur. Son professeur de physique, James O’Neill, affirme :

«Nous parlions tous des données, puis il s’est levé d’un seul coup lors d’une session, en disant: “Pourquoi y a t-il marqué -1?”»

Un niveau de radiation négatif est, en effet, impossible. Le professeur a donc dit à son élève de contacter la Nasa, ce qu’il s’est bien évidemment empressé de faire. Et la réponse n’a pas tardé à arriver. Les scientifiques américains l’ont en effet remercié. Si l’erreur avait été identifiée, la Nasa pensait qu’elle se produisait une ou deux fois par an et non plusieurs fois par jour.

Miles a déclaré à la BBC :

«C’est plutôt cool. Tu peux dire à tes amis que tu viens d’envoyer un e-mail à la Nasa et qu’ils regardent en ce moment même les graphiques que tu as fait.»

Brilliant work by student who helped fix an error in radiation monitoring analysis on – well done Miles! http://bbc.in/2naXTuh 

the International Space Station and the docked space shuttle Endeavour orbit Earth

UK schoolboy corrects Nasa data error – BBC News

The A-level student noticed something odd in radiation levels from the International Space Station.

bbc.com

Si ces derniers pensent, selon ses propres dires, qu’il est «un nerd», il s’en fout un peu et ajoute: «Je n’essaie pas de prouver que la Nasa a tort. J’aimerais travailler avec eux et apprendre d’eux.»

Ce qui semble être en bonne voie, puisque les scientifiques lui ont demandé de collaborer pour tenter de trouver une (…) Lire la suite sur Slate.fr

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top